Skip to content

Filair.

26 novembre 2015

L’errance, corollaire de la fuite de soi dans les multiples activités passe-temps, est un dédale. Le on-vit est un labyrinthe et toute agitation est vaine. Il faut un fil d’ariane pour en sortir. Revenir à la source pour être à même de s’ouvrir à des possibles et passer par des ouvertures inconnues.
Dans le labyrinthe il n’y a pas de mystère. La vie des on, des nous supprime le mystère en échange d’une sûreté illusoire.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :